Le détatouage, ça marche vraiment ?

Depuis des dizaines d’années, le tatouage s’est fait une place à part dans le cœur des citoyens occidentaux. Entre les multiples stars qui affichent quotidiennement leur création et les multiples possibilités désormais accessibles du grand public, le tatouage s’est démocratisé. En revanche, si on décide d’enlever un tatouage, quelles sont les solutions envisageables et les résultats à espérer. Focus sur une pratique trop méconnue qui a vu ses méthodes changer avec le temps.

Le laser, la méthode la plus fiable

A l’instar du moment où vous avez choisi de vous faire tatouer, le détatouage doit être volontaire et assumé de la part du « patient ». Afin de pouvoir s’assurer un résultat parfait des conditions sanitaires optimales, il est obligatoire de passer par des professionnels de la discipline. Outre les certifications exigées pour réaliser ce type d’opération, il est fortement conseillé de se faire encadrer par un médecin dermatologue pour évaluer tout type de risque post opératoire. Grace à la technologie laser, le detatouage est efficace à 100% sur les encres bleues, vertes, jeunes et beiges. Particulièrement efficace avec les types d’encre tenaces et récalcitrantes, cette méthode est un vrai succès auprès des clients. 

Demander un devis gratuit 

S’il est impossible d’estimer le cout moyen d’un enlèvement de tatouage, c’est parce que plusieurs paramètres rentrent en ligne de compte. Entre la taille du dessin, le type d’encre utilisée, la localisation de la zone à traiter ou encore la densité du tatouage voire l’ancienneté de ce dernier, les cabinets spécialisés sont obligés de passer par l’étape du devis pour évaluer le prix d’un detatouage. En 2019, les devis sont gratuits et il est possible de faire sa demande en ligne en renseignant les informations importantes et en joignant la photo du tatouage à enlever. Enfin, sachez qu’il faut compter entre 4 et 6 semaines pour avoir un résultat définitif. Une avancée considérable quand on sait qu’il y a une bonne vingtaine d’années cette pratique était reconnue comme dangereuse et très peu réglementée…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *